Aymon de Bourbon (1030-1070)

 

 

Aymon est le fils d'Archambaud II de Bourbon, seigneur de Bourbon, et d'Ermengarde. D'autres sources disent qu'il est fils d'Archambaud Ier de Bourbon et de Rothilde/Rotgardis.

Il est élu archevêque de Bourges en 1030 et convoque en 1031 un synode provincial en sa ville métropolitaine et un second à Limoges (18-), où la question de l'apostolat de saint Martial, fondateur de l'église de Limoges, est réaffirmée.

Au début de son épiscopat, il s'investit fortement dans la promotion des institutions de la paix de Dieu, n'hésitant pas à les imposer par la force. Mais cette politique se heurte à la résistance du puissant seigneur de Déols, Eudes de Déols ; le , les troupes du vicomte de Bourges et de l'archevêque sont défaites à Châteauneuf-sur-Cher, au bord du Cher.

II confirme en 1034 la restauration et la dotation de l'abbaye Saint-Satur dans son diocèse. Aymon de Bourbon visite comme primat des Aquitaines la province de Bordeaux. Au cours de cette visite il consacre le monastère de Saint-Front à Périgueux.

Il serait mort le 30 mai 1071 ou le 5 juin 1071.

 

Source : Wikipédia

 

Bibliographie

 

Cécile Dejardin-Bazaille : "Combattre pour la foi : Nouvelles réflexions sur la bataille du Cher (1038)

                                             Cahiers d'Archéologie et d'Histoire du Berry N° 163 de septembre 2005. Pages 3 à 8.