Le Chœur

 

 

Le chœur, réservé aux chanoines, était fermé du côté ouest par le jubé et au pourtour par une clôture qui, selon un texte du XVIe siècle, était ornée de sculptures variées. Il y avait à l'intérieur deux rangées de stalles pour les chanoines qui entouraient le maître-autel et deux autels secondaires dédiés à saint Guillaume et à saint Philippe. Plusieurs tombeaux d'archevêques se trouvaient dans cet enclos et des tapisseries étaient tendues au dessus des stalles. Il y avait été construit en 1513 une salle pour les "coustres" , gardiens du trésor, pour qu'ils puissent surveiller le trésor qui était entreposé dans des armoires aménagées pour sa conservation. En 1754, le chapitre ayant décidé de réaménager le chœur, on confia la direction des travaux au sculpteur parisien Michel-Ange Slodtz. Le jubé fut détruit et en partie réutilisé comme matériau de construction, puis on refit en 1760 le sol en utilisant des marbres de trois couleurs : gris, rouge et blanc. De nouvelles stalles dues au menuisier berruyer Joseph-Eustache et ornées de médaillons sculptées par Slodtz lui-même furent installées en même temps que deux ambons et un nouvel autel dessiné par Claude Vassé. Un autel des anniversaires en marbre pris place derrière le maitre-autel et le nouvel ensemble fut consacré en 1767. Le cardinal Du Pont fit réaménagé le chœur entre 1848 et 1856 : on démonta les dossiers des stalles et on installa la cathèdre actuelle en lui adjoignant le médaillon représentant saint Ursin sculpté par Slodtz. Les armoiries du moment sont celles de notre archevêque en titre, Mgr Beau et elles ont été superposées à celles du cardinal Lefebvre. Puis le chœur fut entouré d'un mur bas surmonté de ferronneries. L'orgue de chœur, toujours présent, date de 1855 ainsi que le trône pontifical, situé à gauche de l'ancien autel, qui porte toujours les armoiries de Mgr Lefebvre. Vers 1918-1920, Mgr Izart fit élargir l'autel en y ajoutant deux pilastres ornées de ses armoiries. Suite au Concile de Vatican II, un nouvel autel orné d'un bas-relief figurant "La Cène" fut installé en 1990 sur une estrade à l'entrée du chœur. En 2004 furent posées les deux statues d'évêques du XVIIe siècle de part et d'autre du maitre-autel. Elles proviennent de l'archevêché.

La statue de la Vierge en argent, installée à l'entrée du chœur côté sud, a été achetée dans les années 1870-1880 aux ateliers Poussielgue-Rusand (orfèvre parisien). Elle repose sur un socle octogonal en métal argenté et doré, frappé en son centre du monogramme de la Vierge. Le sceptre, encore complet vers 1980, se terminait par une fleur de lys épanouie. C'est une création unique.

 

Source : Mme de Chancel-Bardelot - Dictionnaire de la Cathédrale de Bourges

 

Documents à télécharger ou à consulter

 

Télécharger
Dallage du chœur
Je recherche la source
numérisation0001.pdf
Document Adobe Acrobat 7.8 MB