Le Portail Sud

Ce portail est un réemploi de la cathédrale romane précédente. Il a été remonté au début des années 1230 et repeint à cette occasion. Les traces de peinture encore bien visibles datent de cette époque.

Le Christ du portail sud est inscrit dans une mandorle; il trône au milieu des quatre Vivants, selon une disposition qui est celle des "portails royaux" du milieu du XIIe siècle : Chartres, Le Mans, Angers... Au linteau, les douze apôtres, siégeant ensemble sous une arcature, conversent entre eux. Dans le prolongement de ce registre, les chapiteaux recevant la retombée des voussures sont décorés de scènes et de motifs divers, sans ordre narratif apparent. A gauche, à partir de l'extérieur, on reconnait l'expulsion du Paradis, avec un ange brandissant une épée devant Adam et Eve toujours nus et honteux. On voit ensuite le péché d'Adam et Eve, puis une scène où un guerrier à cheval est lancé au galop face à un monstre léonin qui menace une figure féminine dont il ne subsiste que la partie inférieure du corps. Le dernier chapiteau de cet ébrasement est agrémenté de deux médaillons où s'inscrivent un joueur de harpe, peut-être David, et un être fantastique à corps de coq, queue de griffon et buste anthropomorphe. L'abaque est décoré de palmettes liées par des bagues perlées. Sur l'ébrasement droit, de l'extérieur vers le centre, on distingue sous une arcade une femme trônante et couronnée, les pieds reposant su un suppedaneum orné de sept arcatures: serait-ce la Sagesse ?

Elle est accompagnée d'un guerrier qui perce de sa lance un petit personnage nu recroquevillé à ses pieds; sur le chapiteau suivant, Samson ou David écarte la gueule d'un lion, en face d'un aigle qui s'apprête à dépecer un guerrier couché sous son bouclier. Deux griffons affrontés précèdent l'image de deux hommes, l'un jeune, l'autre plus âgé, tenant ensemble, en se faisant face, une grappe de raisin. Il s'agit vraisemblablement non pas de Noé dans sa vigne, mais d'une illustration du retour des éclaireurs envoyés par Moïse pour prospecter le pays de Canaan. Derrière ce groupe un homme agenouillé sous une main divine est adossé à un piédestal encerclé par des flammes, qui supporte ce qui pourrait être un animal. Deux voussures seulement sont peuplées de figures, elles abritent d'abord une série de quatorze anges (deux fois sept) portant des encensoirs, des chandeliers, des croix, des patènes et même des lanternes; puis une série de dix personnages assis (deux fois cinq), qui ne sont en aucun cas les Vieillards de l'Apocalypse, les accompagnateurs habituels du Christ en Majesté des portails du milieu du XIIe siècle. A gauche, en contrebas, la femme couronnée tenant dans sa main une tige fleurie a parfois été identifiée à la Vierge; le personnage barbu qui lui fait face, sa main gauche appuyée sur un bâton, serait alors Joseph. Les huit autres figures sont difficiles à identifier. Au-dessus de la femme couronnée, les quatre figures de gauche seraient celles des Évangélistes, avec Jean imberbe; en face, au-dessus de l'homme appuyé sur un bâton, on trouverait les quatre grands prophètes : Isaïe, Ézéchiel, Jérémie et Daniel. Ces statues d'ébrasement reposent sur des socles en forme de chapiteaux montés sur des tronçons de colonnes richement décorés de cannelures torses ou de rinceaux végétaux aux riches entrelacs.

Contre la porte, les piédroits sont ornés de motifs végétaux vomis par un monstre situé à l'extrémité inférieure.

Source :  Bourges - La Cathédrale (Zodiaque)


Inscription sur le mur de droite

 

C'est une inscription en vers de six strophes du XVe siècle pour recommander aux passants la charité :

 

I

Bien eürés tousjours seront

Ceulx qui pleurent, car ilz riront,

Et qui sont pouvres d'esperit.

Les pouvres qui endureront

A la fin Paradis auront,

Et le riche souvent périt.

 

II

Bien eürés sont ceulx q(u)i me(n)dient

Et ceulx qui d'aucun mal ne dient,

Et quèrent pour l'amour de Dieu

Et pour avoir l'aumosne crient,

Si pour ceux qui leur don(n)ent p(r)ient

Et pour cil qui a fait ce lieu.


III

Les pouvres qui ont pacience

Et vivent selon conscience

En suivant amour et concorde

S'ilz endurent leur indigence

Et la prennent pour suffisance,

Ilz acquerront misericorde

IV

Pour ce, pouvres gens,endurés

Et tous les maulx que souffrerés

Prenés en gré pacie(m)ment,

Car en ce faisant vous aurés

Béatitude et si acquerrés

Paradis perdurablement.


V

Do(n)nés tous pour Dieu largem(ent)

Aux pauvres, car au Jugement

Nostre Seigneur le nous rendra.

Do(n)ner l'aumosne bien souvant

N'apouvrira ho(m)me vivent

Qui de bon cueur la donera.

VI

Do(n)nés, vous qui par cy passés

L'aumosne pour les trespassés,

Pour les mectre hors du Purgatoire.

Au moyen du bien et aumosne

Que chescun pour eulx fait et done,

Ilz ont de Paradis la gloire.




Autres éléments

Les portes en chêne datent du milieu du XVe siècle. Le vantail de gauche porte dans le haut l'inscription suivante : Orate pro defunctis et benefactoribus Ecclesiae. Reginaldus Boicelli. Ce Renaud Boisseau était le secrétaire de l'archevêque de Bourges Jean Coeur (fils de Jacques Coeur) et ses deux initiales R.B. sont sculptées sur cette porte. Sur le vantail de droite on voit les armes de Jacques Cœur et de sa femme Macée de Léodepart ainsi qu'une série de lettres I et de cœurs ailés.

 

Vantail de gauche - Partie haute
Vantail de gauche - Partie haute
Vantail de droite - Armes de Macée de Léodepart
Vantail de droite - Armes de Macée de Léodepart
Vantail de gauche - Partie basse
Vantail de gauche - Partie basse
Vantail de droite - Armes de Jacques Cœur
Vantail de droite - Armes de Jacques Cœur
Vantail de droite - Probablement les armes d'Henri d'Avaugour, prédécesseur de Jean Cœur
Vantail de droite - Probablement les armes d'Henri d'Avaugour, prédécesseur de Jean Cœur

Dans le mur de droite une jolie porte Renaissance donne accès à une petite maison affectée au personnel de la cathédrale. Mgr Antoine Bohier fit mettre ses armes (buchées à la Révolution) au-dessus de la porte le 27 septembre 1517. Sur l'emplacement de cette maison se trouvait autrefois la recluserie. Au Moyen Age, des pénitents volontaires, appelés reclus, vivaient dans la prière et le silence à proximité des églises.

A l'angle gauche du porche, une très belle statue de Saint Étienne avec le livre des Évangiles (XIIIe siècle).

Au trumeau, le Christ (XIIIe siècle).

Porte Renaissance
Porte Renaissance
Saint Étienne
Saint Étienne
Au trumeau : le Christ
Au trumeau : le Christ


Documents à consulter ou à télécharger

Télécharger
Abbé Bertrand de Roffignac - Recherches sur le portail méridional
Paru dans le XLIVe volume des Mémoires des Antiquaires du Centre (1931)
Portail Méridional.pdf
Document Adobe Acrobat 423.8 KB